samedi 16 juin 2012

Bois des dames, un jour de décembre de l'année passée.

Fujica STX1-N, Ilford FP4, tirages scanner.


Je t'ai à la botte, 2011


On m'y a vu marcher sur un fil, 2011

Déchet enchâssé, 2011

C'est bon, givré, 2011

C'est fou, j'hère, 2011

Casse-cou, 2011


dimanche 10 juin 2012

De Rouille et d'Os

sur mes lèvres
Sur mes lèvres, feutres, 2012

Le roulement gauche de la roue arrière droite de mon skateboard faisait un boucan pas croyable. L'anneau élastique avait dû s'échapper de son logement libérant la rondelle protégeant les billes. Par arc-boutement celle-ci bloquait la bague intérieure, qui, au lieu de tourner librement par rapport à sa grande sœur de l'extérieur crissait horriblement contre l'axe du truck. Les vibrations remontaient jusqu’à ma cheville, puis jusqu'à mon genou par l’intermédiaire de mon tibias et des oreilles écorchées des passants qui me jetaient des regards fusillant, d'autant plus que mes roues d'uréthanes de dureté supérieure claquaient à chaque interstice séparant les dalles des rues piétonnes du centre de Thionville. Celles-ci sont assez petites et ma vitesse avoisinant celle de croisière d'un vélo de ville, je vous laisse imaginer le désagrément causé. La torture pour les consommateurs des bistrots en terrasse à cessé lorsque je suis entré dans le petit cinéma du centre. Une fois n'étant acquitté des 6 euros en échange du petit bout de papier carré habituel et du rangement de ma planche dans un coin "surveillé" de l'entrée, j'ai pu m'installer, transpirant à grosse gouttes dans les sièges bleus et molletonnés au troisième rang. La rangée était vide et la salle de comptait que quelques spectateurs. Le film à commencé presque instantanément. La suggestion dans les films de Jacques Audiard est la liberté du spectateur. La liberté de deviner ce que disent les lèvres de ces visages filmés de dos, la mise au point oscillant de la nuque —à la naissance de la chevelure— au dos le l'oreille puis la nuque à nouveau, le tout bercé par la musique éthérée de Bon Iver. Dès la moitié du film —notion assez vague reposant sur une mesure très personnelle du temps, pondérée  par l'action des différentes séquences du film et ses scènes de coït— j'ai eu envie de pleurer, ne sachant pas très bien si c'était parce que les moues de Marion Cottillard me rappelaient trop cruellement les demi-sourires d'une autre, ou juste parce que j'en avait besoin. Les larmes ont fini par couler au moment même où celles, touchant le sol, du personnage principal illustrent parfaitement que, non, les garçons ne pleurent pas. J'étais seul dans la salle lorsque je me suis levé, j'ai dis bonjour puis au revoir à l'ouvreuse qui en à rit, récupéré mon skate et je suis sorti du cinéma ébloui par le soleil et des larmes séchées le long de mes joues.

8/06/2012


vendredi 8 juin 2012

Déserts

Fujica STX-1N, Ilford FP4, tirages au scanner.


Lyon, gare, 26/01/2012


Vélo, La Haye, 02/02/2012


La jetée, La Haye, 02/02/2012


lundi 4 juin 2012

Festival du Chat noir, première édition

Voici les photos de la première édition du Festival Transfrontalier du Chat Noir qui s'est tenu à Sierck-lès-Bains le 26 mai 2012. Les photos (et bien d'autres) seront disponible d'ici quelques jour sur le site V-Photographie.

Canon EOS 400D - Penstacon 29mm - 1/2,8



Le Parc Valette


Nemesis (Allemagne)


Woodstock?



First Rage (France)


Anthem of the Sun (Luxembourg)


La buvette


John Efka (France) et MoovyProd




Les photographes (Phoenix-Solutions, Valentine Comin, ZAP et moi-même paraît-il...)



Emilie Duval (Luxembourg)


Le repos avant la tempête?



Backstage Rodeo (France)



Manijo (Françallemagne)


dimanche 3 juin 2012

samedi 2 juin 2012

Nantes, février 2012

Voici mon pendant au billet de Damien, qui sera de toute façon plus clair que le mien.

Fujica STX-1N, Ilford FP4, tirage scanner.


The Mask, 50mm - 1:1,6


Touché!, 28mm - 1:2,8

Bright 3, 50mm - 1/1,6

Allô, 50mm - 1/1,6

École - Payant, 135mm - 1/2,8