dimanche 18 décembre 2011

Concert de Noël du Chat Noir

Concert organisé par l'association du Chat Noir afin de promouvoir le Festival du Chat Noir et son tremplin virtuel.

Canon 400D - 35/105


Wall of Pain, Sierck-lès-bains, 2011

Drop 5, Sierck-lès-bains, 2011


First Rage, Sierck-lès-bains, 2011

dimanche 11 décembre 2011

Bertrand Belin à Mancieulles (54)




   Vendredi soir en rentrant du boulot, je suis tombé sur cette émission sur France Inter. Une assez bonne façon de débuter son week-end, en compagnie de The Dø et Bertrand Belin, dont, ô coïncidence, j'ai parlé il n'y a cela que quelque jours ici. Mais je n'étais pas au bout de mes surprises vu qu'a la fin de l'entrevue, notre dandy de l'effacement, place, comme si la comm' était un don (un de plus) dont sa voix veloutée ne serait que le parfait médium, «Si vous voulez venir à Mancieulles près de Nancy, où je joue demain...». On lui pardonnera, dans notre infinie bonté, que Mancieulles, située à côté de Briey, soit bien plus près de Metz que de Nancy, bien qu'en Meurthe-et-Moselle. Cela nous amène — assez laborieusement je dois dire, mais si moi je suis contraint et forcé d'écrire toutes ces enluminures linguistique, vous, vous avez le droit de les sauter — au fait que Briey, Metz ou bien même Nancy est assez proche de chez moi pour que je fasse le déplacement.
   Après une ellipse temporelle de mon week-end, dont la partie la plus intéressante a été rapportée ici, me voila, samedi soir, au bar du théâtre dans lequel se tient le concert, ma place posée sur le comptoir, entre ma bière et moi. Après une première partie plutôt réussie, Raspail à donné le ton, l'humour sera le seul moyen d'animer cette salle confortablement assise dans des sièges rouges et molletonnés.
   J'ai l'impression que le public lorrain est assez particulier, du moins dans ce coin la de là Lorraine. Fidèle à lui même, il est distant et statique, n'hésitera pas a renvoyer la balle, si on lui la lance, sans pour autant se sentir obligé de prendre part au jeu. Ça avait déjà perturbé Bruce et Guérin a Montoy-Flanville. Je ne sais pas si ça a fait le même effet à Belin, toujours en est-il, son arrivée sur scène, noyé dans un excès de fumigène à permis de se faire une idée très claire (malgré la fumée) de la suite. Long ré-accordage, pour ne pas écorcher l'oreille musicale qui fait la renommée des lorrains dans la France (le monde?) entier (dixit le chanteur), discutions à propos des animaux présents, et absent (Barbara, R.I.P.) des ses chansons, une certaine auto-dérision : «Vous aurez compris que mes chansons ne racontent pas vraiment les choses de façon claire... On va continuer comme ça dans cette... esthétique»*. Celles et ceux qui n'ont pas écouté le dernier album de Bertrand Belin, Hypernuit, ne comprennent peut-être pas ma surprise quant à la présence de l'humour dans ce spectacle. Il faut savoir que la musique de Belin mêle une lourde mélancolie, traînante et lancinante, toute empreinte de chaleur et de poussière. Le genre de tristesse agréable qui vous berce. Mais on n'imagine absolument pas que l'humour puisse introduire convenablement cette ambiance. Je ne sais pas si c'est le charisme exacerbé du personnage, ou la forte cohésion qui règne entre les musiciens sur scène, ou encore la nuit brumeuse et givrée au milieux des (reste de) haut-fourneaux (serait-ce ça l'hypernuit?) qui à débarrassé le chanteur de cette lourde tâche. Toujours en est-il que ça marche, le concert est ponctué de légèreté et de classe. On aura jamais vu un artiste autant décrire sa musique des mains tout en jouant de la guitare, toucher ses musiciens après un morceau particulièrement réussi, danser avec sa Gibson ES-335 (capricieuse à garder l'accordage, mais cela est peut-être dû a son grand âge...), inviter une charmante choriste-archéologue de l'architecture (presque) locale qui a participé à l’enregistrement du disque, sur La Chaleur, la rappeler pour les adieux, et remercier le public d'être venu. Je n'insisterai pas sur le passé musical de l'individu, wikipédia est là pour ça, et sa batteuse qui assure les chœurs avec brio et talent sans délaisser ses percussions, vous avez pu la voir à l’œuvre .

P.S. : À défaut d'être un billet hyperbien, ce sera un billet hyperlié.

* Cette citation, contrairement à la précédente qui a été enregistrée, n'engage que ma mémoire et non les paroles exacte du protagoniste.

samedi 10 décembre 2011

L'enfant du village



« Bonjour monsieur!
— Bonjour.
— Vous faites quoi?
— Je me promène.
— C'est un pistolet que vous avez là en main?
— Non, c'est un appareil photo.
— Ah.»
Evendorf, 2011

dimanche 4 décembre 2011

Istanbul

Fujica STX1-N - 50mm 1:1.9


Istanquai, 2011


Istangrue, 2011

La chanson française n'a pas dit son dernier mot

Suite à un triple top 50 dépourvu d'artiste français publié par les Inrocks, voici un petit restrospectifs de certains albums, sortis cette année (plus ou moins) que j'écoute, réécoute, et écoute encore. Même que j'aimerai m'en procurer une version vinyle, mais cela semble impossible.


Arlt, La langue


Bertrand Belin, Hypernuit

Voici une soirée de poche dans laquelle vous retrouverez les deux précédent protagonistes précédés de Minia Tindle :



PJ Nataf, Clair


Dick Annegarn, Soleil du Soir

Plata & foto

Voici une partie des photos que j'avais retirées de ce billet. Je n'ai pas encore trouvé exactement la source du problème (un voile blanc apparaissant assez aléatoirement sur les tirages, que l'on peut encore voir sur la photo du bateau, toute suggestion est la bienvenue...) mais j'en ai profité pour améliorer le rendu des scans des photos ici et .

Fujica STX1-N - 50mm 1:1.9


Le fil, Valparaiso, 2010

Ascensor, Valparaiso, 2010

Chiloe, 2010

Maisonnette, Vaires sur Marne, 2011

jeudi 1 décembre 2011

L'attrape-cœur




"Ça m'arrive aussi d'agir comme si j'étais plus vieux que mon âge —oui, oui, ça m'arrive— mais les gens ne remarquent jamais. Les gens ne remarquent jamais rien."
J.D. Salinger

mercredi 30 novembre 2011

Des visages, des figures




Depuis que j'ai réécouté cet album, certaines paroles me reviennent en écho violent de la situation [ridicule et] économique dans laquelle nous nous trouvons.

"On peut toujours saluer les petits rois de pacotille
On peut toujours espérer entrer un jour dans la famille
Sûr que tu pourras devenir un crack boursier à toi tout seul
On pourrait même envisager que tout nous explose à la gueule
Autour des oliviers palpitent les origines
Infiniment se voir rouler dans la farine
"

A l'envers, à l'endroit
, Noir Désir

"Nous travaillons actuellement pour l'Europe,
Voire pour le monde
"

"Et on entend au loin résonner les clameurs de la foule,
les beaux mouvements d'ensemble, les défilés glorieux et puis la lutte des classes.
Et maintenant c'est sérieux, eh bébé, c'est sérieux, on ne croit plus en rien,
nous montons de toutes pièces ce buisness et Basta, on chevauche pas Pégase
ça c'était pour l'extase c'est fini.
Extension, expansion si possible, mais pas de rêve à porter seulement des dynamiques.
D'abord la thune, bébé et le reste suivra et le reste viendra c'est ce qu'on dit
je crois en cette époque là bénie des globophages.
Chère vieille Europe, ta tête connaît à peine tes jambes qui souvent
ne comprennent pas tes bras comment ça marche encore déjà.
Comment ça marche un corps étranger à son corps on n'sait pas on s'en fout
on s'embrasse quand même et puis on a raison.
"

"Les soupirs de la sainte et les cris de la fée
ne sont plus entendus au banquet des banquiers
"

L'Europe, Noir désir

dimanche 27 novembre 2011

Ma langue au chah

"Ensuite, je marseillaise : "Marchons! Marchons! Qu'un sang qu'impur... Y'a toujours du sang dans les hymnes. Toujours de la mort toujours de la mitraille, du sacrifice. Vous seriez norvégien ou guatémaltèque, vous auriez envie de vous naturaliser citoyen d'un pays dont le chant national dit qu'on entend mugir les féroces soldats dans ses campagnes! Rouget, il avait confusionné avec les vaches, probable. Mais le pire c'est que les féroces soldats annoncés plus haut viennent égorger vos fils, vos compagnes! Charmante villégiature!"
San-Antonio, avec les fautes de ponctuation

dimanche 20 novembre 2011

dimanche 13 novembre 2011

Je me souviens : Love me tender

mardi 23 août 2011

De France et de Navarre

Canon EOS 400D - 35/105




Olite, España, 2011








Désert des Bardenas, España, 2011






Tudela, España, 2011


Nacedero de Urederra, España, 2011

Mise à jour : Plus d'images de Tudela et sa région par ici.