mercredi 26 décembre 2012

pé10cule

Fujica STX-1N, Ilford FP4, tirages scanner

P10_4
P10_3
Ben au Chateau de Malbrouck, Manderen, 2012

P10_9
Playground, Karlsruhe, 2012

Florange
Ukange, 1er mai 2012

P10_18_2.png
Lentilles Vertes, Kirsch, 2012

P10_19_1.png
49°N - 6°E, Metz, 2012

P10_26_1
Tennis aux Trinitaires, Metz, 2012

P10_28_2.png
Abat-jour, Trinitaires, Metz, 2012

P10_31_2
P10_30
Thee Verduns, nets et flous, Trinitaires, Metz, 2012

P10_32_2
Les pieds d'Arlt, Trinitaires, Metz, 2012

P10_37_2.png
Mocke, la guitare d'Arlt, 2012


mercredi 5 décembre 2012

L'émeute tranquile d'Éric Antoine

Pour plus d'images d'Éric Antoine cliquez sur la photo

J'ai découvert Éric Antoine quand je lisait des SuGar, il y publiait des photos de skateboard, à l'époque où l'argentique coûtait cher, surtout lorsque la séquence était plus recherchée que le cliché seul, mais aussi où les boîtiers numériques, rares, étaient difficilement abordables. Éric Antoine faisait des photos donc, et n'a pas arrêté, toujours plus à la recherche du cliché qui compte. Non pas celui pris à la va vite avec son téléphone portable, ou avec le dernier reflex 25 mégapixels qui va remplir de photos le disque dur de votre ordinateur sans que vous ne preniez réellement le temps de les regarder, mais celui que vous aurez préparé, celui dont la beauté et la simplicité vous aura touché, celui pour lequel vous aurez été prêt à passer plusieurs heures pour le développer, plusieurs années pour apprendre une technique photographique ancienne, l'ambrotype. Un joli mini-documentaire, laisse la parole au photographe, afin de justifier des gestes à la précision d'orfèvre.



mercredi 14 novembre 2012

Caché

IMG_2897

Caché dans le bois je t'attendrai.
Les poings serrés, les dents en pointes.
L'attente trépignante me fera frémir, et, à chaque froissement d'aile, chaque bruissement de feuillage, les aiguilles me transperceront le coeur.
La sève me collant les cheveux, je me battrai contre des pins.
Et alors que les parasols ont pignon sur rue, je me dissimulerai des regards, puis, quand je n'en pourrai plus de penser à toi, et que les rayons de soleil rasants éclaterons sur les feuilles en une brume poussiéreuse, je m'enfoncerai dans l'humus moite.
Dévoré par la terre et oublié des Hommes.
13/11/2012


samedi 3 novembre 2012

Global gâchis : Le scandale mondial du gaspillage alimentaire

IMG_4302

Vous en avez peut être entendu parler lors de sa diffusion sur Canal + il y a quelques semaines, ce documentaire mérite vraiment d'être vu. Même s'il pointe du doigt ce que tout le monde sait, les images peuvent parfois pousser à se comporter différemment. En plus de sensibiliser le consommateur aux gâchis ménager (celui-ci sur lequel nous avons l'influence la plus directe), au gâchis industriel (sur lequel on peut avoir une influence en tant que consommateurs, mais c'est pas gagné), il donne aussi quelques astuces, tel que ne pas mettre ses légumes en bas de son réfrigérateur (astuce ou aberration de conception du frigo?). Prenez-en de la graine, ça se conserve indéfiniment!



jeudi 1 novembre 2012

Wild Hunt

IMG_4290

"I left my heart to the wild hunt a-comin
I live until the call
And I plan to be forgotten when I'm gone
Yes I'll be leavin' in the fall
"

The Tallest Man on Earth



mercredi 29 août 2012

Préface

IMG_2910

"La poésie contemporaine ne chante plus, elle rampe. Elle a cependant le privilège de la distinction. Elle ne fréquente pas les mots mal famés, elle les ignore. On ne prend les mots qu'avec des gants : à "menstruel" on préfère "périodique", et l'on va répétant qu'il est des termes médicaux qui ne doivent pas sortir des laboratoires ou du Codex. Le snobisme scolaire qui consiste, en poésie, à n'employer que certains mots déterminés, à la priver de certains autres, qu'ils soient techniques, médicaux, populaires ou argotiques, me fait penser au prestige du rince-doigts et du baisemain. Ce n'est pas le rince-doigts qui fait les mains propres ni le baisemain qui fait la tendresse. Ce n'est pas le mot qui fait la poésie, c'est la poésie qui illustre le mot. Les écrivains qui ont recours à leurs doigts pour savoir s'ils ont leur compte de pieds, ne sont pas des poètes, ce sont des dactylographes. Le poète d'aujourd'hui doit appartenir à une caste, à un parti ou au Tout-Paris. Le poète qui ne se soumet pas est un homme mutilé. La poésie est une clameur. Elle doit être entendue comme la musique. Toute poésie destinée à n'être que lue et enfermée dans sa typographie n'est pas finie. Elle ne prend son sexe qu'avec la corde vocale tout comme le violon prend le sien avec l'archet qui le touche. L'embrigadement est un signe des temps. De notre temps les hommes qui pensent en rond ont les idées courbes. Les sociétés littéraires sont encore la société. La pensée mise en commun est une pensée commune. Mozart est mort seul, accompagné à la fosse commune par un chien et des fantômes. Renoir avait les doigts crochus de rhumatismes. Ravel avait une tumeur qui lui suça d'un coup toute sa musique. Beethoven était sourd. Il fallut quêter pour enterrer Béla Bartok. Rutebeuf avait faim. Villon volait pour manger. Tout le monde s'en fout. L'art n'est pas un bureau d'anthropométrie! La lumière ne se fait que sur les tombes. Nous vivons une époque épique et nous n'avons plus rien d'épique. La musique se vend comme le savon à barbe. Pour que le désespoir même se vende il ne reste qu'à en trouver la formule. Tout est prêt : les capitaux, la publicité, la clientèle. Qui donc inventera le désespoir ? Avec nos avions qui dament le pion au soleil, avec nos magnétophones qui se souviennent de "ces voix qui se sont tues", avec nos âmes en rade au milieu des rues. Nous sommes au bord du vide, ficelés dans nos paquets de viande, à regarder passer les révolutions. N'oubliez jamais que ce qu'il y a d'encombrant dans la morale, c'est que c'est toujours la morale des autres. Les plus beaux chants sont les chants de revendications. Le vers doit faire l'amour dans la tête des populations. À l'école de la poésie et de la musique on n'apprend pas on se bat."

Léo Ferré, Il n'y a plus rien, 1973


dimanche 26 août 2012

samedi 25 août 2012

Zazie dans le métro

Chaussures%20s%C3%A8ches

"Gabriel soupira. Encore faire appel à la violence. Ça le dégoûtait cette contrainte. Depuis l'hominisation première, ça n'avait jamais arrêté. Mais enfin fallait ce qu'il fallait. C'était pas sa faute à lui si  c'était toujours les faibles qui emmerdaient le monde."

"Non mais dites donc, vous croyez comme ça qu'on a fait plusieurs guerres victorieuses pour que vous veniez cracher sur nos bombes glacées? Vous croyez qu'on cultive à la sueur de nos fronts le gros rouge et l'alcool à brûler pour que vous veniez les déblatérer au profit de vos saloperies de cocacola ou de chianti? tas de feignants, tandis que vous pratiquez encore le cannibalisme en suçant la moelle des os de vos ennemis charcutés, nos ancêtres les Croisés préparaient déjà le biftèque pommes frites avant même que Parmentier ait découvert la pomme de terre, sans parler du boudin zaricos vert que vzavez jamais zétés foutus de fabriquer. Ça vous plaît pas? Non? Comme si vous connaissiez quelque chose!"

Raymond Queneau


vendredi 24 août 2012

Photographies musico-estivales

Voici quelques photos réalisée durant les manifestations organisées par/avec l'Association du Chat Noir cet été.

  • Le Tremplin International de Perl (DE), qui s'est déroulé au parc Von Nell le 27 juillet 2012, mais qui à malheureusement dû être arrêté à cause de l'orage.

Canon EOS 400D - Pentacon 29mm - f1:2,8

IMG_4050
IMG_4068
Pogo session

IMG_4066
Innocent Behavior, Germany

IMG_4103
IMG_4075
First Rage (encore eux!), France

  • Les Gentlemen Bastards, groupe parisien de Garage Blues de passage en Moselle, lors d'un concert organisé dans les règle de l'art-ache, à la base de Loisir de Malling le 11 août 2012. En plus de se démarquer par un registre de reprises plus qu'intéressant, allant de Tom Waits à Bowie, en passant par "Screamin'" Jay Hawkins, le groupe dont le CD ne devrait plus tarder, nous a joué ses compos, à la fois tintées de Rock'n'roll, de Blues et de Punk.
Canon EOS 400D - Pentacon 28mm - f1:2,8

IMG_4142
QuadriGB
Encore un Quadricolor!

IMG_4194
Don't Look Back

IMG_4219

PS : J'en profite pour préciser que l'association recrute...

samedi 16 juin 2012

Bois des dames, un jour de décembre de l'année passée.

Fujica STX1-N, Ilford FP4, tirages scanner.


Je t'ai à la botte, 2011


On m'y a vu marcher sur un fil, 2011

Déchet enchâssé, 2011

C'est bon, givré, 2011

C'est fou, j'hère, 2011

Casse-cou, 2011