mercredi 29 février 2012

There is someting on your mind

"You know it’s so hard to be in love especially with someone who don’t love you, especially when someone which you do love is your very best friend. You know it comes to take all the things out of everything when you found this out and the only thing you can do is pack your bag, walk slowly out of the door look over your half shoulder..."
Gene Vincent

samedi 18 février 2012

La Haye

lagunaverde%2014

Courant, courant à contre courant du cours du temps
Je m’enfuie

La technologie, les hommes, leur envie et les femmes
La vie et les drames
Tout cela ne me touche plus

J'effleure la grève et le froid mordant me dévore
Et en face de cette jetée lugubre
Une armée de chimpanzés se dresse

Les chevaux passent, ainsi que les photos
Mais alors que ces premiers se détachent à l'horizon
Les secondes s'accrochent à mes souvenirs

Il n'y a pas d’échappatoire
Courir, trébucher, tomber et se relever
Du sable plein la bouche et l'émaille qui craque
Le goût salé de la tristesse ruisselle le long de mes joues

Ni le violet, ni les coquillages, encore moins mon corps esseulé
Rien ne sera jamais plus comme avant
Pas même le futur
Et les mouettes picorent dans l'écume gelée
Et les mouettes picorent dans l'écume gelée

mardi 14 février 2012

Cléo de 5 à 7



"Tous les hommes sont des égoïste et le vôtre aussi. Il vous parle de son travail, des ses soucis, que sait-il des vôtres..."

"—Moi c'est plutôt mourir pour rien qui me désole. Donner sa vie à la guerre, c'est un peu triste, j'aurai mieux aimé la donner à une femme, mourir d'amour.
—Vous n'avez jamais été amoureux?
—Oh, si des tas de fois, mais jamais autant que j'aurais voulu, à cause des filles. Vous savez comme elle sont elles aiment et puis, total, elles aiment qu'on les aime. Elles ont peur de tout, de se donner à fond, d'y laisser une plume ou deux, d'être marquées. Elles aiment à moitié, elles s'économisent. Leur corps c'est comme un joujou, c'est pas leur vie. Alors moi aussi je m'arrête en route, je débraye.
"

Fibres et cadre en bois


Voici des nouveaux tirage en FB des photos que l'on peut trouver ici et . Et des nouvelles photos.


Triptyque au scooter, 2009


Playa ancha, Valparaiso, Chile, 2010


Damien y el jamon, Tudela, 2011


Chaussons, pays basque espagnol, 2011

dimanche 12 février 2012

Fuite


Dans le train traversant les Ardennes Belges, du moins ce que je suppose être les Ardennes Belges, on peut voir des feux de signalisation couchés dans le bas côté de la voie, de chétifs cours d'eau zigzagant entre les champs, des chalets, un petit lac avec une maison en pierre au bord. Et des sapins. Beaucoup de sapins. Le tout recouvert de neige. Neige qui est projetée en l'air en un fin brouillard blanc de part et d'autre du train en mouvement. C'est dans ce paysage en noir et blanc, sans vie, que j'aimerai m'enfuir. Vivre dans cette maison au bord du lac, marcher au milieu des sapins, écouter l'eau ricocher sur les pierres et regarder passer le train dans lequel je suis assis.
Luxembourg - Bruxelles, 31/01/2012

samedi 11 février 2012

Plexus




"Tu sais, il est facile d'aller travailler tout les jour. Le difficile est de rester libre."

"«Tu as pleuré cette nuit dans ton sommeil.» disait Mona.
Et moi de répondre :
«Vraiment? Je ne m'en souviens pas.»"
Elle savait que je mentais. Elle se sentais malheureuse à la pensée que sa présence seule ne suffisait pas à me rendre heureux. Souvent je protestais bien qu'elle n'eût pas dis un mot.
«Je suis heureux, ne le vois-tu donc pas? Il ne me manque pas une seule chose au monde.»"

"—Je vais me coucher, dit-il. Je vais traiter ça par le rêve.
—Traiter par le rêve?
—Bien sûr, ne le fais tu jamais, traiter les choses par le rêve? Tu fermes les yeux et puis tu arranges tout comme tu voudrais que ce soit. Tu t'endors et tu rêve que c'est vrai. Le matin tu n'as pas le mauvais goût dans la bouche. Je l'ai fait des millier de fois."

Henri Miller